Il y a les mots d'amour, ceux qui inondent le coeur d'intensité. Il y a les mots que l'on tait, ceux qui ne demandent qu'à sortir, enfouis au plus profond de nous, retenus en otages, prisonniers. L'on trouve les mots écrits, dits, chantés, lus. Celui que l'on voit au travers une photo. Il y a le mot travesti, celui que l'on devine. Il y a le mot qui faît naître l'émotion, il y a le mot qui crée la sensation. Il y a celui que l'on regrette, celui de trop, celui du trop tard. Ceux qui blessent, dont on ne ressort pas indemne. Ceux dont on peut user pour fâcher. Il y a ceux qu'on aurait préféré ne jamais entendre. Il y a ceux qu'on voudrait crier à la terre entière. Ceux qui ne servent à rien, le mot insignifiant, inutile. Il y a les mots qui n'ont pas besoin d'être parlés. Un regard, un silence, tout est dit. Chut!

Il y a le mot à mot qui finira par la phrase, par la prose. Puis l'on a le mot fléché, celui qui donne la direction. Les mots croisées qui créent la confusion. Il y a les mots qui donnent le temps, qui donnent le ton. Il y a les mots doux, ceux murmurés au creux de l'oreille. Il y les mots qu'on voudrait entendre, qui ne viennent pas. Celui que l'on préfère, dont on abuse. Nous avons chacun le notre. Il y a le mot qui irrite, celui qui est insupportable à l'oreille. Le mot qui tue. Motus! 

Il y a ceux qui peuvent changer le cours d'une existence. Ceux qui bouleversent, rien ne sera plus jamais comme avant. Il y a les gros mots comme putain, enfoiré, et autres subtilités pas toutes édulcorées. Pas bien mais bordel parfois ça soulage! Les mots appris Ô fil de notre vie. Le mot débile qui ramène à l'enfance! Ceux qui servent de parade, qui sont le fruit du mensonge, du faire croire. Ceux du "on ferait semblant". Les avoués qui allègent l'âme. Il y a le mot-heurt, celui qui percute. Le mot qui fait rire, et celui qui fait peur. Le mot colère parfois réfléchi, où pas d'ailleurs. Il est bon, il peut amener à l'explication, ou encore à la dégradation. Le mot imaginé pour davantage inventer. Ceux que l'on ne doit jamais prononcer parce que  "on me l'a dit avant et c'est comme ça". Il y a le mot simple de la politesse, du savoir vivre et qui ne coûte rien, celui qui fait tellement plaisir lorsqu'on le reçoit. Il y a ceux qui sont interprétés, vous savez celui du mal-entendu.

Il y a les mots que l'autre nous exprime comme un boosteur, ou de manière bienveillante. Ils servent à ren-forcer la confiance en soi. Ceux là, ils touchent tellement. Il est important de les écouter. Ils permettent de se recentrer afin de mieux avancer. Il y le mot du jeu, avec le quel on se délecte sans faim. Il y a le passeur de mots, le faiseur de mot, le magicien, celui qui ravive la flamme en moi et pour lequel je peux me consumer de plaisir. Il y'a si j'ose dire le mot de la fin.

*****

SAMSUNG PHOTOS 1873

AURAI-JE LE DERNIER MOT?