S’asseoir, s’obliger à fixer.

Chut !

Se recentrer, ne plus bouger, se laisser guider.

Juste écrire. Juste, étant, un léger euphémisme.

Car écrire ça fait bien longtemps que…

Mais, il y a parfois des signes, des messages étoilés à enregistrer.

Moralité : s’exécuter !

Ouvrir une parenthèse pour une furtive évasion au pays de l’imaginaire.

Avec le souhait intime de ne pas la refermer.

Fixer le mot, libérer la pensée.

L’inspiration est tapie, la haut, volante dans les méandres d’un cerveau encombré.

Il suffit peut être de déverrouiller la machine à inventer.

Lâcher prise, comme dirait l’autre. Depuis qu’elle en entend parler de celui-ci, elle pourrait finir par penser que c’est l’arlésienne.

 

S’asseoir, s’obliger à fixer.

Ecouter la voix, écouter les sons, trouver le ton.

Mais avec Fabien qui slame dans l’enceinte, ce n’est pas rien.

Il va falloir les mettre sur la table pour être à la hauteur, émettre de l’émotion.

Les derniers mots dates d’il y a tellement longtemps, qu’ils sont, elle le pense séchés.

Pourtant lorsqu’elle ferme ses yeux et qu’elle se souvient, la vague des réminiscences apparait dans son esprit.

Les différentes sensations, le plaisir éprouvé, la satisfaction d’assister à l’accouchement et de voir naitre le texte.

 

S’asseoir, s’obliger à fixer.

Laisser faire ce que dicte la plume des temps modernes.

Ne pas chercher la rime, le jeu de mot, l’histoire ou le thème.

Tenter de délivrer le kidnappé.

Putain l’exercice est difficile, alors que d’antan cela coulait de source.

Mais ça, c’était avant, depuis le vin s’est déversé sous les ponts.

Pourquoi cette rupture, cette fracture ? Crac, boum, huuuuu !

Alors qu’il serait si simple de renouer afin de poursuivre l’aventure.

 

S’asseoir, s’obliger à fixer.

Pendant que Fabien résonne, se dire que c’est un Maestro, dans l’art de manier les mots.

Elle, ce sont trois mots qu'elle se contentera d’aligner.

S’aider de lui, s’inspirer, s’expirer, respirer.

Remonter en selle, chevaucher, droit devant, se sentir vivante.

Se saisir de cette facilité offerte par Dame Vie. Ce joli cadeau qui est d’écrire des mots.

 

S’asseoir, s’obliger à fixer.

S’ancrer, s’encrer, se créer.

Comme le déclame Fabien :

« Ecrire, il me restera ça »

 

************ 

...Mauve en direct live de sa Planète...

 

161