S'il m'arrive de passer des périodes de nuits silencieuses, je peux dire qu'actuellement je rêve beaucoup. Impression de vivre en nocturne une double vie, d'avoir une existence parallèle. Ce qui je l'avoue m'épuise puisque je suis en ces instances super active. Pourtant mon sommeil est de plomb. Ô oui de plomb. Ces derniers me procurent une sensation de liberté ou j'évolue en d'autres sphères. Ils permettent également de chasser le trop plein emmagasiné Ô fil du temps. De plus je peux dire qu'ils permettent le voyage à titre gratuit. Bref, j'aime! Et mieux j'en redemande...

Je m'interprète en mon inertie en "une" James Bond émérite, à la différence que mes missions sont toutes possibles. Je brave tous les dangers, tous les interdits, je ne crains rien ni personne. Je n'ai pas peur. Ce mot  m'est totalement inconnu. Je suis tout simplement époustouflante. Il m'arrive d'être dans un environnement nirvanesque ou le calme règne, ou je côtoie la béatitude. Pourvu que cet instant ne soit pas qu'éphémère. Qu'il se prolonge encore et encore. Je désire goûter pour toujours ce nectar fabuleux et délicieux. Parfois je m'arrache les yeux, me coupe les cheveux telle Betty sous le soleil Gruissanais. Je  peux rêver érotique, voire même pornographique. Je me lap-dance autour d'une barre phallique rose fluorescente. Le public se prosterne à mes pieds tant je suis belle et sensuelle. Ou bien nous sommes plusieurs. Je ne sais même pas qui sont les autres car malgré leur nudité ils sont masqués. Une vraie orgie romaine se déroule ce soir! (ben quoi je fais ce que je veux c'est mon rêve quand même!). Sens en éveil. Parfois comme dans un vieux film en super 8 je revis des scènes du passé, je revois les absents. Émotions. J'ouvre les yeux. Perles lacrymales roulent sur mes joues, pour venir s'echouer dans le creux de mon cou. Parfois je suis à bout de souffle dans un labyrinthe (mais qu'est ce que j'ai été faire la dedans moi qui ai un sens de l'orientation qui frôle le néant), je ne trouve plus la sortie et je suis totalement perdue. Mon coeur toque la chamade et évidemment personne n'est là pour venir à ma rescousse. Sursaut! Je me réveille au milieu de la nuit. Sensation de malaise, j'ai besoin d'être rassurée. Alors je l'entends lové non loin de moi qui ronronne, qui roucoule devrai je dire, tant j'ai l'impression qu'il a avalé un pigeon!. Je m'apaise et grâce à son tempo régulier je retourne en Morphée afin de poursuire l'épisode précédent ou en démarrer un nouveau. Longue série Ô combien abracadabresque. En mes songes je découvre la vie en Technicolor, en noir et blanc, en sépia, en 3D. J'ai tous les droits, y compris celui d'ouvrir les énigmatiques boîtes de Pandore. Mais dans ces moments là le retour au réel peut s'avérer très douloureux. Quelquefois je vis le chaos, confusion totale, tout se mêle et s'emmele. Les images se succèdent, le scénario est totalement onirique. Je viens d'atterir dans un film de Terence Malick. Je réalise parfois que ce qui se passe est d'une loufoquerie rare. Comment dire? C'est un mix entre "Les gendarmes de Saint-Tropez" et "J'ai rencontré le diable". Je n'ai pour ainsi dire aucune seconde d'ennui, et au réveil j'en aurai le sourire au lèvre en me disant: "Mauve tu es follement dingue"!. Je suis en ce monde imaginaire l'actrice principale, l'héroïne. Je m'envoie du délire, de la fantaisie, de l'ailleurs. Je pense que je pourrai largement mériter un oscar pour tous ces rôles joués (non après réflexion, l'oscar je le mérite amplement). J'ai le loisir extraordinaire d'interpréter qui bon me semble sans aucune difficultés. Voilà, Vous pouvez constater à la  lecture de ce récit que j'ai une vie trépidante et exaltante. Non? Allez sur ce, je file, je vais me coucher et rêver. "Bonne nuit les petits"!

*************

69198163_ph2_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20020807_085614

"This is a happy end"

*************

Merci Yaël Naïm, je suis transportée grâce à ce voyage offert durant cet éphémère.

Merci Petit V pour cette soirée Ô combien improvisée mais totalement appréciée.

Merci à toi Mon Amélie, tu me fais rêver...